Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • : petit blog drôle sur le cinéma, la littérature, la musique et les peoples
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 16:50

Mon cœur d'adulescente a une affection particulière, voire inexplicable, pour deux teenage séries: Pretty Little Liars et Vampire Diaries (étrangement plus digeste que sa version papier lourde et chiante à aller aux toilettes). La saison dernière, leur chaîne réciproque (ABC familily et the CW) avait annoncé à grand coup de publicité et de crossover introductifs l'arrivée de Ravenswood et de The Originals. Je pense que les chaînes américaines devraient comprendre que quand un type de programme fonctionne(et on ne sait pas par quel miracle), il faut arrêté de le décliner pour faire encore pire...


 Vampire Diaries et The Originals



La première est tiré d'un roman dont il m'est impossible de faire l'éloge. Depuis 5 saisons, Elena et ses amis vivant un Mysticfall sont sujets d’événement peu joyeux (mort des parents, de sœur, de frère, de tante, de tuteur... à se demander qui va survivre à la série). Certains se transforment en êtres fantastiques (sorcières, hybrides, loup-garou, vampires...) et tout le monde côtoie/ou couche avec Damon et Stefan Salvatore vampires beaux gosses avec un penchant sévère pour l'alcool. A la base, cette série n'est pas plus pire qu'une autre série pour ado. Le hic est plus on avance dans les saisons, plus l'histoire ressemble à un fouillis. L'ennemi immortel à l'origine des vampires est persécuté par un chasseur qui fait parti d'une lignée de 5 chasseurs qui hantent les vampires une fois morts. La sorcière novices lance des sorts qui devraient la tuer mais grâce aux pouvoirs de l'amour s'en sort avec un saignement de nez. Et le plus important est qu'Elena est le double de Katerina qui est le double de je ne sais qui aussi et Stephan est le double de Silas. Et là, ce ne sont que des exemples simples...

the-originals-poster.png

Maintenant on a sa petite sœur: The Originals. On nous transporte à la Nouvelle Orléans (au moins c'est situable sur une carte). Klaus, vampire originel, et son extravagante et chiante famille (parce que ce sont des bons emmerdeurs publics) se réinstallent dans la ville du jazz. Petit problème technique, la ville est sous la gouverne de Marcel, un ancien protégé de Klaus, au caractère bien trempé et à la dictature installée. Les sorcières n'ont plus le droit d'exercer la magie, les touristes sont des casses-croutes pour vampires... Klaus apprend qu'il va être papa puisqu'il a engrossé une louve-garou (et que lui est moité-loup-garou, moitié vampire). Une mini sorcière fait frémir la communauté de la nuit. Elijah, frère de Klaus, se retrouve encore dans un cercueil. Une jeune femme est partagée entre Klaus et Marcel. Sans compter une histoire d'amour entre vampire et sorcière et Rebecca, la soeur de Klaus, qui est éternellement en crise d'adolescence... 



 

 

Ca pourrait être pire mais ça pourrait être mieux. On reprend les clefs du succès de la série grande sœur en gardant des personnages secondaires. Il faut bien le dire Klaus et sa famille ont du charisme et sont bien moins pleurnichards et dépressifs que le reste des protagonistes de Vampire Diaries. Ils ont la haine et la force de vivre. Il vaut mieux les avoir dans son camp. Quelque part, ils méritent leur propre série mais malheureusement le scénario n'a plus de cohérence. On se noie dans les informations et on a le sentiment permanent qu'on s'enfonce dans un marécage d'explications et de mythes qui sont sans aucun rapport. Un gros point positif est que la série est plus adulte. C'est moins mielleux que Vampire Diaries. Les histoires d'amour ne sont plus la base scénaristique. La reconquète de la ville est une cause intéressante et innovante dans le domaine du vampirisme. J'espère que la saison va évoluer dans le bon sens pour ne pas devenir qu'une banale série de fantasy pour ado supplémentaire.



Pretty Little Liars et Ravenswood.


35177.jpg

 

Pretty Little Liars se vantait être le Desperate Housewives des adolescentes. Pour info, en une saison, on a su comment Mary-Alice est morte. Là, ça va faire 4 saisons qu'on galère à comprendre comment Ali est morte, par qui et comment les gamines se font harcelées. Parce qu'on en vient à se demander si ce n'est pas toute la ville qui est contre elles. C'est de plus en plus irréaliste et cela ne permet plus aux personnages d'évoluer. Ils ne sont plus dans la nouveauté. Ils deviennent des pions dépourvus de surprises. Les rebondissements sont, pour citer le titre, tirés par les cheveux. On attend presque la fin de la série pour savoir enfin la vérité et arrêter de supporter des épisodes qui ne font qu'enterrés la crédibilité de la série. Comme si cela ne suffisait pas, les producteurs décident de créer un spin off Ravenswood centré sur Caleb, personnage secondaire et insipide, petit ami ou sac à main d'Hannah, dans PLL.



Pareillement à The Originals, Ravenwoods bénéficie d'un épisode introduction dans la série mère. Déjà, rien que dans cet épisode, la pirouette scénaristique pour faire rester Caleb dans la ville est totalement merveilleuse de débilité profonde. Les liars vont à une soirée à Ravenswood. Caleb s'y rend pour protéger Hannah et dans le bus, il sympathise avec une orpheline Miranda (petit boulet canon à l'expression boudeusement sexuelle) qui recherche son oncle. Après quelques péripéties, Miranda sauve et devient copine avec Hannah. Et attention final!!! Au moment de partir, Hannah demande à Caleb de rester dans cette ville pourrave et morbide pour veiller sur Miranda. Mais quelle meuf, dans la réalité, obligerait son mec à rester avec une bombasse qui porte des portes-jarretelles même en laine??? What the fuck!!! Visionnage du premier véritable épisode et là, on touche le fond.



PLL est encrée dans une certaine réalité et son spin-off joue dans le surnaturel. Rien que ça, on est dans le hors sujet. On retrouve tous les clichés de films d'horreur, de personnages pseudo-mystérieux sans pour autant éblouir par leur présence. On a toujours les ados au physique parfait. Même l'image à dominance bleutée devient too much. L'effet 90210 dans Sleepy Hollow ne fonctionne pas. Moi, qui est d'habitude une immense fan de ces atmosphères lourdes, sombres avec des cimetières et des personnages inquiétants, je ne suis pas satisfaite car les codes du genre horrifiques sont sur exploités et pas maîtrisés. Tout est prévisible. C'est plus chiant que flippant. On ne s'attache à aucun des personnages pas même l'héroïne de la série. Quand à Caleb, je pense que les scénaristes auraient du se débarrasser de lui depuis un bon moment car il n'a jamais essentiel à l’intérêt dePLL.



Si je devais en conseiller une, ce serait The Originals plutôt que Ravenswood. Et encore, il faudrait vérifier l'évolution du spin-off de Vampire Diaries.

Je ne pense pas que les séries, en général, aient besoin de spin-off. Un bon concept ne peut pas toujours se décliner à l'infini sans que la qualité en pâtisse. Il faudrait d'abord construire des séries solides faites pour durer avec des intrigues surprenantes et cohérentes. A bon entendeur...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bloc-note-de-la-Curieuse - dans Télévision
commenter cet article

commentaires