Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • : petit blog drôle sur le cinéma, la littérature, la musique et les peoples
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 13:22

Cela faisait depuis la série Marion Duval quand j'avais dix ans que je n'avais pas ouvert une bande dessinée. Au risque de me faire passer pour une profonde débile, j'ai pris la BD 1887 Chimère(s) parce que je trouvais la couverture jolie et que le personnage avait un coté tellement mutin et mystique que je croyais que le livre parlait de fée... Peut-être que qu'il évoquait plus la Fée Lattion (jeu de mot très connu).

 

ChimeresDans ce premier volume, La Perle Pourpre (rien que le titre évoque les faits) nous explique comment Chimère, jeune orpheline de 13 ans se retrouve catapultée "gentiment" par ses tuteurs (de braves gens qui pourraient faire passer les Thénardiers pour de gros blaireaux) à la Perle Pourpre, une maison luxueuse dirigée par la rigide Madame Gisèle, pour 1000 louis. S'en suit une sympathique vente aux enchères de sa virginité et un vague aperçu de sa première fois. On apprend la vie des filles de joies de l'époque entre amitié et rivalité, domination et espoir sous fond de maison close avec une héroïne qui, du haut de son jeune age, n'a pas froid aux yeux et la langue dans sa poche.

 

Peu connaisseuse du monde de la BD, je ne peux rien dire sur les auteurs. Les dessins de Vincent sont fins et anguleux qui donnent une douceur brute et triste aux personnages caractérisant aussi cette fin de XIX ème siècle. Le scénario de Peling et Melanÿn est très intelligent et subtil. Il n'y a pas de vulgarité tout en restant cru. On note la concordance entre le luxe et la luxure. Ajouter une histoire parallèle à Chimère sur le thème du monde industriel avec la construction de la Tour Eiffel et de du Canal de Panama promet d'autres intrigues et une intégration totale dans la culture et la politique de la III ème République.

 

Glénat, maison d'édition grenobloise, est très connue pour publier des mangas et des bandes dessinées originaux. 1887 Chimère(s) n'échappe pas à la règle.

 

Avec ce premier tome, j'ai juste envie de savoir la suite car de nombreuses questions restent en suspend. J'aime bien le personnage principal même si je la trouve trop mûre pour ses 13 ans et un peu trop blasée de la vie. Pourtant quelque chose m'interpelle en elle. Peut-être ses multiples facettes qui en font d'elle une sorte de chimère mi-femme mi-enfant, faible mais forte. J'adore cet univers libertin chic où elle évolue, elle montre une époque de débauche avec business. Les prostituées ont une certaine solidarité et la mère maquerelle est une femme qui intrigue par sa classe et sa rigueur. C'est la femme d'affaire du sexe. Les dessins peuvent être touchants comme terrorisants selon ce qu'ils représentent. Ils montrent une réalité avec force et finesse.

 

Je suis impatiente de découvrir la suite des aventures de Chimère dans Dentelles Écarlates.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bloc-note-de-la-Curieuse - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Bloc-note-de-la-Curieuse 15/08/2012 21:34

Bah c'est pas mieux que moi qui croyais que ça parlait de fées (justement à cause des cheveux roses). Ca m'apprendra à ne pas lire la quatrième... Au passage, dans la bd, la gamine est
rousse...
Merci pour ta prescription littéraire.
Bon retour de vacances!!!

caro 15/08/2012 18:42

Tiens, ça me dirait bien comme Bd, ça rappele la série Maison close (le summum du glauque j'ai pas réussi à passer l'épisode de dépucelage/viol), par contre la couverture fait un peu manga kawaî
(les cheveux roses au 19ème? )
Sinon en Bd poilante, mix de "vis ma vie de trentenaire paribobosienne" et les tenues de sex and the city, y'a Margaux Motin "la théorie de la contorsion"
valà ma belle et... oui, tu as vu, je suis rentrée de wacances!
Bizz