Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • : petit blog drôle sur le cinéma, la littérature, la musique et les peoples
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 11:44

Un-monstre-à-ParisJ'ai mis des mois pour l'avoir mais enfin, je l'ai vu! Hiha!!! L'idée de mettre en scène un film d'animation autour des interprétations de M et Vanessa Paradis attisait ma curiosité. Nichée dans mon canapé, j'ai pu dégusté une poésie à la gloire des plus belles années de Paris.

 

Paris, 1910, en pleine inondation. Emile, projectionniste un peu beaucoup timide est amoureux de Maud qui travaille dans le même cinéma que lui. Lors d'un escapade avec son meilleur ami Raoul, livreur un brin déjanté, les deux jeunes hommes doivent faire une livraison dans un laboratoire du Jardin des plantes. Le professeur étant absent, les deux complices fouinent dans les diverses potions sous la "vigilance" de Charles, le singe assistant. Ils provoquent un accident qui créé une bestiole. Cette créature va trouver refuge chez Lucille, une jolie chanteuse et amie de Raoul. Entre temps, le préfet de police, qui s'intéresse de près à Lucille, mène l'enquête révélant son coté le plus noir.

 

D'abord chapeau à l'animation! Ce n'est pas du Pixar (bien que je ne sois pas fan) mais j'aime la french touch. Paris est sublimé et l'esprit du début du XXème résonne sous les traits des dessinateurs. C'est dans la plus belle des époques parisiennes qu'on nous transporte. Les personnages sont touchants et restent proches d'un dessin-animé. On note dans leur silhouette des ressemblances avec des personnages Burtonniens: Raoul a un je ne sais quoi de Victor des Noces Funèbres et Lucille de Victoria, le tout en version moins ténébreuse. Bibo Bergeron a bien appris ses leçons chez DreamWorks et a su construire un film coloré, vivant et sans chichis.

 

L'histoire n'est pas des plus attractives pour les enfants mais se laisse regarder sans problème grâce au monstre au grand coeur Francoeur et aux scènes d'humour. Les romances Emile/Maud et Raoul/Lucille s'adressant plus aux adultes ou du moins aux filles. Un Paris sans romantisme n'est pas Paris.

 

Ayant été distribué à l'étranger, on ne peut pas dire qu'on se fasse passer pour des ploucs. L'action à Paris et les clichés qui vont avec ont garanti une petite publicité pour le tourisme locale.

 

Dans l'ensemble, j'ai adoré un Monstre à Paris. Paris, le cabaret, le monstre pas si monstrueux, le méchant bien méchant, les histoires du coeur mignonnettes, les seconds personnages rigolos, de très belles images, tout est fait pour plaire et ça marche relativement bien. Après les dialogues sont faiblards. Il n'y a aucune réplique qui fait mouche, se sont les expressions des personnages qui donnent du sens aux paroles. Le réalisateur a misé trop sur l'animation négligeant un peu le discours de l'histoire. Autre fait important est la BO. Avec Vanessa Paradis et M, on ne peut s'attendre qu'à du lourd. Si la petite voix de l'interprète de Joe le taxi et la musique de Mathieu Chedid révèle totalement un son doux et reveux avec une graine de titi parisienne, je regrette qu'il n'est pas plus de scènes musicale (le film tourne autour de leur collaboration à la base) et qu'on ait du entendre deux fois La Seine alors qu'on se la payait en boucle l'été dernier. Étant donné qu'il y avait un fond de cinéma et de cabaret, je m'attendais à ce qu'on effleure la comédie musicale.

 

J'ai passé tout de même un très agréable moment magique et plein de bons sentiments. Les amateurs d'animation ne seront que l'apprécier.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bloc-note-de-la-Curieuse
commenter cet article

commentaires