Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • : petit blog drôle sur le cinéma, la littérature, la musique et les peoples
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 13:07

J'avais aimé le film, l'année dernière... Un beau film romantique avec Bébert Patinçon et Reese Witherspoon (voir  l'article Du bonheur pour les éléphants sur mon blog). Là, par bonheur, je trouve le roman... Je me laisse tenter...

 

Au final, même si le film exploite très bien l'histoire. Il se focalise sur l'histoire d'amour. Dans le livre, Sara Gruen nous plonge complètement dans l'univers du cirque américains des années 30...  Elle nous évoque des thèmes comme la violence et la cruauté, l'amour, l'amitié et la solitude.

 

Déjà, pour se remettre dans le contexte, c'est la crise et la prohibition fait rage (l'alcool a un rôle primordiale dans de nombreuses actions). Les cirques font faillite les uns après les autres. Artistes, employés et animaux sont vendus quasiment aux enchères. Et information choquante, les animaux pouvaient être condamnés à mort (1903, une éléphante a été électrocutée). Ce n'est pas une période youpi tralala.

 

Le livre démarre sur un prologue de l'année 1932 qui nous raconte la fin de l'histoire passée. Car il y a l'histoire présente. Jacob Jankowski, petit vieillard un brin ronchon, vit dans une maison de retraite, loin de ses enfants... Il s'enthousiasme à la venue d'un cirque dans la ville, le replongeant dans ses souvenirs. En 1932, à la suite du décès de-l-eau-pour-les-elephants-de-francis-lawrence-10384651uoyde ses parents, Jacob se retrouvent sans le sous et doit abandonné ses études de vétérinaire à quelques jours du diplôme. Désespéré, il saute dans un train qui s'avère être un cirque ambulant. Là, il rencontre Oncle Al le Monsieur Loyal, Walter, le nain avec son teckel Queenie, Camel ainsi que d'autres personnages hauts en couleur. En tant que vétérinaire, il passe sous les ordres d'Auguste qui est le mari de la très charmante écuyère dont il tombe amoureux (c'est que si elle aurait été disponible, cela aurait été moins drôle). On ajoute une éléphante, Rosie, au coeur énorme et les pions sont en place. Jacob va faire à la violence et l'injustice du monde du cirque. Auguste se révèle être une personne infecte. La cupidité d'Oncle Al arrive à détruire des vie. Au milieu de cette ménagerie autant animale qu'humaine, l'amour naissant entre Marlène jaillit comme un rayon de soleil dans le chapiteau.

 

Franchement, je suis admirative face à la recherche qu'a effectué Sara Gruen pour tout connaître de ce monde atypique dans des années charnières. C'est original et le texte nous transporte hors du quotidien. C'est émouvant, brutal et parfois sensuel. Elle n'est transporté d'émotion en émotion. Il  n'est pas difficile de s'identifier à Jacob. On pourrait reprocher un manque d'humour (c'est le cirque, après tout) mais non car on désire partager cette souffrance amoureuse. L'histoire est bien ficélé. J'aime ce parallèlisme entre le présent et la réalité. Et les deux conclusions sont touchantes...

 

C'est un roman que je conseille vivement. Une belle histoire d'amour. Ce n'est pas du Barbara Cartland. Il y a une véritable réflection et un univers. On en ressort enchanté...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bloc-note-de-la-Curieuse - dans Littérature
commenter cet article

commentaires