Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • Le blog de bloc-note-de-la-curieuse
  • : petit blog drôle sur le cinéma, la littérature, la musique et les peoples
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 07:14

the-artist-photoDésolée de réagir aussi tard sur le couronnement américain du cinéma français. Mais je ne pouvais pas parler de ce sacre sans avoir visionné le film. Chose est faite maintenant. Et franchement, je viens de voir la plus belle déclaration d'amour au cinéma de ma vie...

 

The Artist est une poésie cinématographique. La perfection de la musique et de l'image. La magie de l'émotion sans une parole.

 

Vue la bande originale qui nous donne tout le tempo des sentiments, le film ne pouvait que gagner l'oscar de la meilleure musique. Ludovic Bource a produit un travail titanesque pour nous faire partager chaque scène avec la musique adéquate.

 

Un oscar pour les costumes! Cela aurait été une insulte de ne pas le raflé. Les tenues sont resplendissantes de froufrous et paillettes. Mark Bridges a dégoté des vraies perles. Ça sent bon le début des années 30, une période sombre mais où la mode faisait déjà entendre sa voix.

 

Meilleur acteur: Jean Dujardin! Notre 0SS 117 a tout remporté. Bafta, Goya, Golden Globes. Mais quelle interprétation. Avec lui, on passe du rire aux larmes en passant par la joie et la peur... Son regard sensible, ce sourire charmeur, cette classe. J'ai cru voir la réincarnation de Clark Gable. Il donne tout son savoir faire. Il multiplie les expressions sans surjouer. Je n'avais jamais été fan de l'acteur. Je me rappelle de sa chanson, avec Bruno Salomone, Nous c Nous. J'ai bien ri devant Un gars, une fille. Le reste... Mis à part dans Mariages et Contre-enquête, il ne m'a plutôt laissé indifférente (mention spécial pour Brice de Nice qui est le plus nul des films). Là, je m'incline devant sa performance.

 

Si les Césars lui ont rendu hommage, elle est un peu l'oubliée de l'histoire. Bérénice Bejo nous aussi un jeu magnifique. Tantôt jeune actrice aux dents, tantôt femme amoureuse et bienveillante. Elle donne du punch à Peppy Miller autant qu'elle lui donne ce romantisme et ce désir amoureux.Elle éblouit par son air mutin et jovial. Elle conjugue le glamour et la simplicité. Elle est la réincarnation des actrices de l'époque.

 

C'est une belle histoire que nous raconte Michel Hazanavicius. C'est de l'intemporel! Une star déchue tombe aux oubliettes au profit de la jeunesse. Georges Valentin et Peppy Miller se croisent et décroisent, ne parvenant pas à vivre leur histoire. Ils évoluent avec le progrès du septième art. C'est une hymne à ce cinéma noir et blanc qui nous intrigue, à ces films sans parole qui arrivent à nous faire vibrer en quelques notes de musique. C'est si beau, si touchant, si maîtrisé qu'on frôle la perfection. Ses oscars du meilleur film et du meilleur réalisateur ne sont que mérités. Michel est The Artist.

 

J'oublie Uggi!!!! Cet amour de chien est celui qui m'a tiré mes premières larmes. Il est à croquer. C'est un véritable héros.

 

Si vous n'avez pas vu cette merveille, faites le vite! C'est bon de voir un vrai beau film d'amour, à l'ancienne. ne serait que pour rêver un peu. La scène finale nous procure un élan d'optimisme et d'amour au son des claquettes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bloc-note-de-la-Curieuse - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires